Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 09:26

MESSE DES ETUDIANTS 2010

Merci à toute l'équipe qui a préparé cette heureuse célébration et la fête !moz-screenshot-107.png

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 09:37

On dialogue, on débat, on réfléchit, on prie,

on s'écoute, on s'interrompt, on cherche... que du bonheur !

Dimanche dernier autour de "Image et peinture, sujet et art..."

 

EJA.JPG

Michel, Charlotte, Filip et Jean-Marc autour du p. Michel Brière

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 06:19

DU SPIRITUEL DANS L'ART CONTEMPORAIN

 

 

CLAUDE LÉVÉQUE a ouvert lundi 18 octobre

le cycle des rencontres 2010-2011



18.10.10--CL-1.JPGArrivée des étudiants

 

 

 

 

 

 Claude Lévêque entre son assistant,
Elie Morin et le père Michel Brière18.10.10--CL-2.JPG

Ouverture de la Rencontre

 18.10.10--CL-3.JPG

Claude Lévêque instaure un vrai dialogue avec l'assemblée

18.10.10--CL-4.JPG 

 et beaucoup de questions pertinentes sont posées.

CL-5.JPG

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 16:44

Ascension 2010, homélie à la messe des artistes, St Roch, Paris.

 

 

"Qu'elle est lourde à porter l'absence de l'ami, l'ami qui tous les soirs venait à cette table
Et qui ne viendra plusavait écrit Louis Amade pour Gilbert Bécaud.

« Comme une bouffée de chagrin, ton visage ne dit plus rien,
Je t'appelle et tu ne viens pas, ton absence est entrée chez moi »
chante encore Yves Duteil.

Comment vivre en fête cette absence, ce retrait de Celui qui ne nous appelait plus serviteurs mais amis ? Comment ne pas vivre son départ comme une seconde mort ?

Comment acclamer la séparation de celui qui comblait nos désirs, de Celui qui achève et accomplit en surpassant tout ce que l’Ecriture annonçait, comment se réjouir avec les apôtres qui retournent à Jérusalem remplis de joie ?

Comment vivre pleinement cette Parole de Dieu proclamée aujourd’hui ?!

J’ai du mal ! Parce qu'on ne se réjouit pas sur commande ! Parce que la joie chrétienne est un chemin qui passe par la croix.

 

I. Du mal à me réjouir

 

I 1) Horreur du vide

Ce sentiment d’absence, je vais m’empresser de le remplir de signes, de fétiches et d’idoles rassurantes, de temples et de monuments somptueux. La culture dominante m’en procure de nombreux : objets transitionnels qui prétendent combler tous mes désirs à coup de marketing, de publicité et de slogans. Le marché de l’art tend à imposer de prétendues œuvres d’art étincelantes mais de pacotille. Elle les vend même très cher : opéras bourrés de décibels dans les stades pleins à craquer, joujoux monumentaux à la surface miroitante fabriqués en série…

I 2) Peur de la croix

Ce sentiment d’absence devant  l’Ascension, je me le reproche comme un enfantillage, je me reproche ma foi trop fragile en la Passion et la Résurrection.

Serait-ce la peur d’être abandonné ? Un manque de foi, un refus de la réalité de la croix : Jésus prévient bien ses amis, ses apôtres : « Il fallait que s’accomplisse ce qui était annoncé par l’Ecriture : souffrance du Messie, sa résurrection et la conversion proclamée à toutes les nations. ». La résurrection et la proclamation à toutes les nations ne peuvent faire l’économie de la souffrance,

I 3) Caprice d’enfant gâté

Ce sentiment d’absence serait celui du gamin trop gâté qui refuse de lâcher les jupes de sa mère, de lâcher la main de son grand frère ? Peut-être même qui refuse de voir la famille s’agrandir parce que l’amour reçu en serait moindre ?

Car si Jésus s’éloigne, il s’élève au-dessus des mondes. Il est entré dans le ciel même afin de se tenir devant la face de Dieu. Désormais Dieu élargit la famille, il étend sa bienveillance sur toutes les nations, l’humanité tout entière est le peuple élu. Comme la vigie ne peut embrasser l’horizon et y déceler la terre lointaine que du haut de son mât, le Christ élevé dans la gloire du Père y embrasse le monde entier.

 

carte postale Amandier en fleursII 1. L’Esprit et l’Eglise

Mais le Seigneur connaît mes craintes, il a éprouvé mes peurs.

Il sait que ce sentiment d’absence manifeste aussi un attachement, un amour, maladroit mais qu'il peut convertir. 

Il va me consoler par le Consolateur, il va me combler par une force venue d’en haut.

C’est saint Jean qui rappelle les paroles de Jésus : « je vous dis la vérité : c'est votre intérêt que je parte » parce que son absence visible sera pallié en même temps par une force subtile venue d’en haut et par l’Eglise, présence réelle que constitue l’Eucharistie, son corps et son sang de l’Alliance nouvelle et éternelle qui nous rassemble..

Oui, le Seigneur connaît ma crainte d’être abandonné, il l’a priée sur la croix : "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné".

Pour habiter nos vies créatives c'est-à-dire créatrices de sens et d’amour généreux; jusque dans la création artistique, l’interprétation humble, la mise en scène servante, le Seigneur notre Dieu se donne lui-même en son Esprit Saint. Il nous apprend à éprouver sa présence spirituelle dans l’épaisseur même de nos vies et de nos oeuvres.

 

II 2. Transfiguration

Mais le Seigneur connaît mes craintes, il a éprouvé mes peurs.

Il va les transfigurer et leur donner un éclat inattendu. Après tout, ce sentiment d’absence manifestera finalement une présence manquante, comme le défaut du diamant, la fissure dans la céramique Raku, le soprano timide du Miserere d’Allegri, la fragilité de la touche de jaune dans « L’amandier en fleurs » de Bonnard, les traces d’outils sur la dernière Pietà de Michel-Ange :

c’est cette fragilité, ce sont ces blessures qui font la beauté authentique ;

c’est cette fragilité, ce sont ces blessures qui font la vérité authentique du Ressuscité qui ne cache pas ses plaies à l’apôtre Thomas.

La passion et la croix ont détruit le péché. Même nos faiblesses, de devant la face de Dieu, laissent transparaître la force venue d’en-haut.

C’est l’espérance qui nous fait vivre.

 

 

Quand j’étais petit on me reprochait beaucoup d’avoir la tête dans les nuages.

Mais c’est l’Eglise qui a la tête dans les nuages depuis que le Christ, tête de l’Eglise, est monté aux cieux. Pourquoi rester à regarder vers le ciel ? « Continuons sans fléchir d’annoncer notre espérance, car il est fidèle, il est fiable celui qui a promis. » (He.10,23) on peut mettre en Lui sa foi. Là est notre joie !"

Michel Brière

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 10:07

Copie de img043Ce 25 avril 2010 était le 4ème dimanche du temps pascal : Dimanche de prière pour les vocations.

A bien réfléchir, on parle encore facilement d’une « vocation artistique ». On accepte communément qu’être artiste ce n’est pas une profession. Il y a un « être artiste » qu’un apprentissage permet seulement de discerner et de cultiver.

La vocation est un mode de relation assez caractéristique en Eglise : on est appelé. Prier pour les vocations se comprend immédiatement comme une prière pour les vocations sacerdotales et religieuses. Mais les baptisés ont aussi vocation. Méditer les textes proposés par la liturgie ce dimanche peut enrichir une vision chrétienne de toute vocation.

En 2007 les nouveaux prêtres parisiens avaient choisi comme image d’ordination la photo d’une statue du porche de la Vierge à Notre-Dame : Jean Baptiste désignant l’Agneau de Dieu, l’Agneau vainqueur de l’Apocalypse, texte de ce dimanche : « L’Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie. »’ L’image – et je parle de l’image littéraire – n’est pas facile à recevoir. Elle ne nous est guère familière.

Mais que des jeunes prêtres choisissent cette fonction du précurseur : désigner l’Agneau, comme emblème de leur ordination m’avait touché et me touche encore.

En effet, si la grâce sacramentelle de l’Ordre nous donne de recevoir la place du Christ lors de la célébration de l’Eucharistie, toute notre vie sacerdotale est appelée à désigner l’Agneau de Dieu et à conduire jusqu’à Lui, jusqu’en Lui. Comment se pénétrer de cette image, comment la prendre avec nous, c’est-à-dire la com-prendre ?

1. L’Agneau est sacrifié. 2. L’Agneau est pasteur. 3. L’Agneau règne.

 

1. L’Agneau est sacrifié.

Dans les religions primitives et jusque dans le judaïsme, les sacrifices sanglants sont censés transmettre la vie, un surcroit de vigueur et d’énergie.

Quand Jésus fait de sa mort un sacrifice il récapitule le sort de l’Agneau pascal en l’endossant, en en prenant toutes les fonctions. Mais le sang est désormais versé une fois pour toutes et pour toute l’humanité. Il s’agit d’une Alliance Nouvelle et éternelle versé pour les disciples et pour la multitude. L’Apocalypse annonce : «  Une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues » Par le sacrifice de l’Agneau, le salut n’est plus réservé à un petit nombre. Nous sommes tous élus.

Paul et Barnabé qui annoncent cette Nouvelle Alliance dans le sang du Christ à Antioche de Pisidie sont expulsés par les Juifs. Ils n’échapperont pas au sort de celui qu’ils annoncent et qu’ils désignent comme l’Agneau de Dieu. (Ac.13,50s.)

 

2. L’Agneau est pasteur.

En effet, le vrai Pasteur est un agneau. Paradoxe radical ! Et les disciples qui ne sont pas plus grands que leur maître s’engagent sur le même chemin. Leur responsabilité ne les exclus pas du troupeau. Au contraire. Le berger connaît ses brebis, bien-sûr, puisqu’il est l’une d’elles. Jésus n’a pas cherché à échapper à leur condition, il les connaît pour être né comme elles, pour avoir comme elles parcouru Gallilée, Samarie et Judée. La vocation chrétienne m’engage à la suite du Christ.

Si l’Agneau est pasteur, les pasteurs seront des agneaux. Ils sont envoyés comme des agneaux au milieu des loups. (Lc.10,3) Ainsi, dans leur fragilité ils reçoivent la grâce de Dieu, la Puissance du Christ, les dons de l’Esprit.

 

3. L’Agneau règne.

Ce chemin de l’Agneau conduit au règne de Dieu en nos cœurs qui peuvent en déborder pour la multitude des nations, races, peuples et langues.

Ce chemin qu’est le Christ Agneau de Dieu est source de vie éternelle, de vie vraie, plénitude d’une vie pure comme une source.

 

Toutes les vocations – y compris celle d’artiste – comprise à la suite du Christ Jésus, ne peut se recevoir sans sa dimension sacrificielle, sans l’humilité de l’Agneau devenu berger, sans l’espérance joyeuse d’une vie vraie en plénitude.

 

Michel Brière

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 08:38

FAIRE L'EXPERIENCE DE DIEU

Extrait de notre réflexion de ce dimanche 10 janvier :
"Le croyant, en notre temps, sera

ou bien un mystique au sens où il a expérimenté quelque chose dans sa relation à Dieu
ou bien il cessera d'
être croyant.

Pour le croyant, il est donc essentiel d'apprendre à parler de son expérience religieuse comprise comme une rencontre de communion avec Dieu."

Karl Rahner, Théologien

Et pour l'artiste il est essentiel de la laisser se manifester dans son travail. Le hasard reçu, accueilli, comme une grâce.

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 10:51
Voeux-2010.jpg
Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 10:02

Puisque vous êtes déjà abonnés à la Newsletter de ce blog,
devenez fans de la page
"Aumônerie des Beaux-Arts et des étudiants artistes - le Cep AVEC" sur Facebook...
si ce n'est déjà fait :
http://www.facebook.com/pages/Paris-France/Aumonerie-des-Beaux-Arts-et-des-etudiants-artistes-le-Cep-AVEC/189512523805?ref=mf

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 09:12


L'aumônerie des Beaux-Arts fête les diplômes de Charlotte et Aurore
Aurore et Charlotte
et s'élargit avec joie !

Laure, Anne-Charlotte et Léonore


Avec le sourire de Nicodème, artiste en herbe : à bientôt !
Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 08:11
Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans lecepavec
commenter cet article