Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 07:31

 Durant tout l’été, le musée d’Orsay expose des chefs d’œuvre de la galerie Vollard : « De Cézanne à Picasso »

 

 

 Tout au long de cette année nous vous avons proposé la visite d’expositions initiant à l’art contemporain. Quelques incursions du côté de la période moderne : la grande rétrospective d’Yves Klein et « Le nouveau réalisme » au Grand Palais, permettaient d’en accueillir les premiers frémissements.

 

 

  La grâce d’un renouveau. Profitez de cette exposition exceptionnelle ! Quelques petits formats résidant habituellement à l’étranger permettent de ressentir le renouvellement de la perception de l’espace et du temps propre au tournant du XX° siècle. Sans se laisser manipuler par la prétention didactique de ce genre d’exposition à finalité plus historique qu’esthétique, devant telle ou telle œuvre on peut éprouver sensiblement une grâce d’intelligence et de délicatesse.

 La montagne d’une cathédrale. Parmi les œuvres de Bonnard, Picasso, Redon, Derain, Vlaminck, Degas, Rouault, je me suis arrêté longuement devant la lumineuse « Moisson » d’Emile Bernard (1888) et la vue de « Notre-Dame » datant de 1900, que Matisse transfigure en Sinaï ou Thabor ; je me suis interrogé sur les incohérences d’une table brisée dans « La corbeille de pommes » de Cézanne de 1893.

  Allez voir ! Il y a là, déjà, ce bouleversement du sens du monde qui nous dérange encore, plus d’un siècle après. Grâce à Ambroise Vollard qui a su prendre des risques en exposant Gauguin, Van Gogh et quelques autres inconnus. Ces artistes maudits devenus les prophètes d’un renouveau comme « la pierre rejetée par les bâtisseurs peut devenir pierre d’angle. »

  Bon été.

Michel Brière

 L’amitié d’un pionnier. Le musée d’Orsay permet de remonter en-deçà grâce à l’intuition d’un génial marchand de tableaux : Ambroise Vollard. L’émouvant petit film montrant sa dernière rencontre avec le vieux Renoir transmet quelque chose de l’amitié nécessaire et rare entre commerçants et artistes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires