Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 06:21

Lascaux 21
  
Der Lauf der Dinge (Le cours des choses) Fischli & Weiss, 1987 30'

"Dans la nuit, des images", jusqu’au 31.12, de 17h à 1h, Grand Palais GRATUIT

 

Paul : A-ba-sour-di ! C’est un maelström !

Mick : Festif.

- Spectaculaire

- …sans être tape à l’œil.

- Ça casse un peu les oreilles quand même.

- Ça crie et ça gronde ! Mais si tu trouves le bon endroit chaque pièce a sa sono optimum.

- En tout cas, là, tu te rappelles que l’anagramme de IMAGE c’est MAGIE.

- Qu’est-ce que t’as repéré au milieu de cette jungle ?

- Après la façade habillée d’une projection de mots par Charles Sandison (Manifesto) difficile de pas se laisser fasciner par le totem dressé devant l’entrée : des corps fantomatiques comme un nuage. Karma/cell de Kurt Hentschlager : superbe !

- Mais si tu devais ne retenir qu’une œuvre .

- C’est pas original, mais retour au maître : Trois femmes de Bill Viola. Tout se tait autour.  -- Cette traversée d’un rideau, une légère chute d’eau, vers nous…

- Puis elles repartent comme à regret….

- …de ne pas traverser cet ultime rideau qu’est l’écran pour entrer dans notre propre monde réel.

- C’est filmé frontalement au ralenti. D’un classicisme décoiffant au milieu des exubérances environnantes.

- Oui, c’est bouleversant de pureté, de simplicité entre le retrait et l’apparaître. Du très grand art !

- Mais si on ne connaît rien à la création audiovisuelle ça vaut la peine de commencer par flâner au gré de son humeur : les œuvres sont peu narratives, et on saisit l’extrême variété des propositions, (du documentaire à l’installation interactive, du jeu vidéo au cinéma expérimental) et des formats (du petit écran plasma des cartels jusqu’aux projections sur écran gigantesque suspendu dans la nef).

- La plate-forme centrale dressée au centre de la nef permet de bien profiter de quelques grands formats et surtout de regarder deux des œuvres les plus poétiques qui sont projetés… au sol.

- On n’a pas parlé de l’historique « Broadway by light » de William Klein (1956)

- On aurait dû dire un mot de Der Lauf der Dinge de Fischli & Weiss, pour ceux qui ne le connaissent pas encore. Drôlerie de l’absurde mécanique qui fait réfléchir comme le théâtre de Samuel Beckett.

- Moi j’ai aimé la vidéo de Laurent Grasso : Eclipse.

- C’est lui qui vient de remporter le prix Marcel Duchamp.

- Ça représente une étrange éclipse dont on cherche à comprendre comment il l’a reproduite, imitée, bricolée.

- Il y a aussi Les vagues interactives du français Thierry Kuntzel

- Et Under construction du chinois Zhenchen Li, projeté sur un très grand écran posé au sol. - - Très beau : un regard cru sur la destruction de quartiers entiers de Shangaï sans ménagement pour les habitants.

- Stop ! Faut y retourner. C’est l’art pariétal du XXI°s. Le Grand Palais est devenu Lascaux 21 où la torche de ton regard sélectionne l’auroch, le mammouth ou la main négative qui t’environnent. Un vrai témoignage sur la culture de notre nouveau siècle.

- On y va ensemble ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le Cep AVEC - dans Paul & Mick
commenter cet article

commentaires